Actualités

Exercice NOmbreuses VIctimes à Ailly-sur-Somme et Saint-Sauveur le jeudi 24 mai 2018

 
 
Exercice NOmbreuses VIctimes à Ailly-sur-Somme et Saint-Sauveur le jeudi 24 mai 2018

La préfecture de la Somme a organisé un exercice de sécurité, le 24 mai 2018 de 18 heures à 22 heures au stade municipal d’Ailly-sur-Somme.
Cet exercice était une simulation d’une situation d’urgence dans laquelle de nombreuses victimes étaient à secourir.

L’exercice du 24 mai 2018

Afin de mettre en situation les élèves infirmiers et médecins dans le cadre de leur formation à la médecine de catastrophe, un exercice annuel « nombreuses victimes » est organisé chaque année.

Le scénario de l’exercice de cette année a simulé une attaque au véhicule bélier au cours d’une réderie organisée dans une commune située en zone gendarmerie. L’évènement a eu lieu au stade municipal d’Ailly-Sur-Somme.

Le dernier exercice « NOmbreuses VIctimes » date du 18 mai 2017 (attaque terroriste au Zénith d’Amiens).

Objectifs de l’exercice

  • Tester l’alerte et la mobilisation des services, la communication entre les salles opérationnelles (SDISService départemental d'incendie et de secours/SAMUService d'aide médicale urgente/CIC/COG/COD), l’activation de la conf 102 en urgence.
  • Neutraliser (ou fixer) la menace et tester la prise en charge des premières victimes, sous protection des forces de sécurité intérieure (couloir(s) d’extraction).
  • Tester la prise en charge de l’ensemble des victimes lorsque la menace a été neutralisée.
  • Tester SINUS (bracelets pour dénombrer les victimes) et SIVIC (suivi des victimes dès leur entrée à l’hôpital)

Le rôle des acteurs en présence en cas de crise

  • Gendarmerie et Police nationales : mise en œuvre du périmètre de sécurité, gestion de la circulation, sécurisation du transport des blessés.
  • SDISService départemental d'incendie et de secours (sapeurs-pompiers) : première prise en charge des victimes.
  • SAMUService d'aide médicale urgente : prise en charge des victimes.
  • Commune d’Ailly-Sur-Somme : mise à disposition du stade municipal
  • Commune de Saint-Sauveur : ouverture d’un hôpital fictif dans le gymnase de la commune
  • L’Association Départementale de la Protection Civile : prise en charge des impliqués.

Dans le cadre de l’exercice, le personnel soignant mobilisé par le SAMUService d'aide médicale urgente sera composé de médecins, d’infirmiers, et d’étudiants en médecine et en soins infirmiers, engagés dans une formation universitaire aux situations exceptionnelles, encadrés par des enseignants en soins d’urgence. Ils sont d’ailleurs en partie évalués durant l’exercice.

Le Centre Opérationnel Départemental (COD)

Un instrument de gestion de crise à disposition du préfet.

Installé en préfecture, il regroupe l’ensemble des moyens humains et techniques (mur d’images, liaisons téléphoniques..) nécessaire à la conduite stratégique d’une crise. Le centre opérationnel départemental est activé par le préfet, pour lequel il constitue un outil de gestion en tant que directeur des opérations (DO) et qui coordonne aussi l’action des services de l’Etat dont il réunit les représentants ainsi que ceux du Conseil départemental, d’autres collectivités et des établissements publics utiles.

Les membres du COD sont en lien direct avec les acteurs de terrain ce qui permet de suivre et de cerner au mieux la situation afin de prendre les décisions adéquates. L’objectif est de mettre en œuvre une conduite stratégique de crise, jusqu’au retour à la normale.

 ---------

Le plan NOVI

Le plan destiné à porter secours à de nombreuses victimes, dénommé « plan NOmbreuses VIctimes », prévoit les procédures de secours d’urgence et les renforts à engager en vue de remédier aux conséquences d’un accident catastrophique à effet limité entraînant, ou pouvant entraîner, de nombreuses victimes. Il détermine les moyens à affecter à cette mission, ainsi que leur coordination.

Le plan NOVI est déclenché par Philippe DE MESTER, préfet du département, qui assure la direction des opérations de secours.

Par ce biais, ce plan vise à assurer la cohérence et la continuité de l’engagement des services appelés à intervenir.

L’efficacité de ce plan repose sur :

-     la rapidité de la mise en place des moyens adéquats,

-     la coordination dans la mise en œuvre de ces moyens,

-     l’emploi des moyens suffisants et adaptés,

-     l’organisation de la régulation médicale,

-     l’organisation rationnelle du commandement.

Missions des acteurs de terrains

Dans le cadre d’une situation impliquant le déclenchement du plan nombreuses victimes, il convient pour les services de secours et de sécurité de :

-     prendre en charge les victimes,

-     les soustraire du milieu hostile,

-     lutter contre le sinistre initial, ses effets directs et indirects.

Compte tenu de la difficulté d’effectuer ces différentes missions, une chaîne de commandement est mise en place sur les lieux, elle-même placée sous l’autorité du préfet, directeur des opérations (DO).

Le groupe d’extraction du SDISService départemental d'incendie et de secours a pour mission de mettre en place un corridor sécurisé qui permettra l’intervention des secours, protégés par des gilets et des casques balistiques, ainsi que de gendarmes, afin d’extraire les victimes du périmètre d’intervention non sécurisé.

La chaîne médicale (SAMUService d'aide médicale urgente 80 et centre hospitalier fictif) se chargera elle de trier les victimes afin de voir leur pathologie et de les envoyer à l’hôpital.

Un Poste Médical Avancé (PMA) peut éventuellement être installé si besoin.