Actualités

Présentation du Plan Particulier d’Intervention (PPI) des secours de l’Espace industriel Nord d’Amiens

 
Présentation du PPI de l’Espace industriel Nord d’Amiens

Jean-François CORDET, préfet de la région Picardie, préfet de la Somme a présenté, ce mercredi 12 février, en présence des représentants des exploitants concernés, le Plan particulier d’intervention (PPIPlan particulier d'intervention) de site de l’Espace industriel Nord d’Amiens.

Le Plan Particulier d’Intervention (PPI), obligatoire pour tout site industriel classé “SEVESO seuil haut”, est établi par le préfet pour faire face aux risques liés à l’existence des établissements classés SEVESO seuil haut ou présentant un risque majeur pour les populations et l’environnement. Ce plan prévoit l’organisation des secours en cas d’incident industriel, en fonction de tous les scénarios identifiés par les pouvoirs publics.

Les établissements classés SEVESO seuil haut du PPI doivent en informer les populations riveraines. Pour ce faire, la préfecture de la Somme a coordonné l’édition de 3 brochures d’information ainsi que d’une affiche de prévention.

Le PPI est la réponse anticipée pour gérer les conséquences sur la population d’un accident survenant sur un site présentant des risques.

Un PPI unique pour 6 sites

Le PPI de l’espace industriel nord d’Amiens a la particularité de couvrir 6 sites classés SEVESO seuil haut. Il s’agit des sites PROCTER & GAMBLE, BRENNTAG PICARDIE, BRENNTAG SPECIALITÉS, NORIAP (ex-IPBM ou Mory P1), AJINOMOTO EUROLYSINE et ID LOGISTICS (ex-Mory P2).

Ces entreprises étant situées dans un périmètre proche, il a été décidé d’élaborer un PPI de site, c’est à dire unique, commun à ces entreprises.

Qu'est-ce-qu'un établissement SEVESO ?

C’est un établissement dont l’activité présente un risque industriel majeur. Une directive européenne, dite SEVESO suite à l’accident survenu en Italie en 1976, impose cette législation spécifique aux états membres. En fonction des quantités de substances dangereuses et des seuils réglementaires, l’établissement est classé SEVESO seuil bas ou seuil haut.

La nature des risques

Procter et Gamble

  • Activité : le site amiénois de la société PROCTER & GAMBLE est spécialisé dans la fabrication de produits lessiviels.
  • Nombre de salariés sur le site : un effectif moyen présent sur le site de 1500 salariés, 7 jours sur 7, jour et nuit.
  • Classement : « SEVESO seuil haut » en raison du stockage sur le site de produits dangereux pour l’environnement, de liquides inflammables et de substances comburantes.
  • Les risques : risques thermiques (incendie et explosion) et risque toxique (formation d’un nuage gazeux).

 Brenntag Picardie

  • Activité : l’établissement amiénois de distribution de produits chimiques dits “de commodité” de la société BRENNTAG (dénommé BRENNTAG PICARDIE) assure la distribution (stockage et livraison) auprès de clients industriels de diverses substances et préparations de produits chimiques (acides, bases, solvants).
  • Nombre de salariés sur le site : une quarantaine de personnes.
  • Classement : « SEVESO seuil haut » en raison du stockage de produits dangereux et pouvant polluer l’eau.
  • Les risques : risque thermique (incendie) et risque toxique (formation d’un nuage de vapeurs chlorées en cas de mélange de produits incompatibles pouvant aller jusqu’à 2300 mètres).

Brenntag Spécialités

  • Activité : l’établissement amiénois de distribution de produits chimiques dits “de spécialités” de la société BRENNTAG (dénommé BRENNTAG SPECIALITÉS) assure la distribution de produits chimiques spécialisés pour l’industrie.
  • Nombre de salariés sur le site : moins d’une quinzaine de personnes.
  • Classement : « SEVESO seuil haut » en raison du stockage de produits dangereux et pouvant polluer l’eau.
  • Le risque : risque thermique (incendie).

Noriap

  • Activité : le site amiénois de la société NORIAP assure une activité d’entreposage de produits finis conditionnés destinés principalement à des coopératives agricoles (engrais, produits phytosanitaires) et à l’industrie chimique.
  • Nombre de salariés sur le site : le site emploie moins de 10 personnes.
  • Classement : « SEVESO seuil haut » en raison du stockage sur le site de produits dangereux.
  • Les risques : risque thermique (incendie), risque explosif (en cas de surpression) et risque toxique (formation d’un nuage gazeux).

 Ajinomoto Eurolysine

  • Activité : le site amiénois de la société AJINOMOTO EUROLYSINE est spécialisé dans la production d’acides aminés par fermentation pour l’alimentation animale.
  • Nombre de salariés sur le site : jusqu’à 300 personnes le jour.
  • Classement : « SEVESO seuil haut » en raison du stockage et de l’utilisation d’ammoniac dans son procédé de fabrication.
  • Le risque : risque toxique (formation d’un nuage toxique ammoniaqué pouvant, dans une hypothèse très peu probable, aller jusqu’à 8200 mètres ).

ID Logistics

  • Activité : le site amiénois de la société ID LOGISTICS est spécialisée dans l’activité logistique.
  • Nombre de salariés sur le site : 30 salariés.
  • Classement : « SEVESO seuil haut » en raison du stockage sur le site de produits dangereux pour l’environnement, de liquides inflammables, de substances toxiques et de liquides et matières inflammables.
  • Les risques : risque thermique (incendie) et risque toxique (propagation dans l’air de matières dangereuses dans les fumées de combustion en cas d’incendie).

Cinq rayons d’intervention, trois rayons majorants

Les risques des 6 sites industriels ont été regroupés pour déterminer cinq rayons possibles de déclenchement du PPI.

Un rayon de 650 mètres depuis le centre des 6 sites (incendie, fuite ou déversement)

Il s’agit des sites PROCTER & GAMBLE, BRENNTAG PICARDIE, BRENNTAG SPECIALITÉS, NORIAP (ex-IPBM ou Mor y P1), AJINOMOTO EUROLYSINE et ID LOGISTICS (ex-Mory P2).

Un rayon de 1400 mètres (ruine de la citerne d’un camion ou petite fuite sur la ligne de distribution)

Il s’agit du site AJINOMOTO EUROLYSINE.

Un rayon de 2300 mètres (grosse fuite ou erreur de dépotage)

Il s’agit des sites BRENNTAG PICARDIE et AJINOMOTO EUROLYSINE.

Un rayon de 3340 mètres (ruine de la citerne d’un wagon)

Il s’agit du site AJINOMOTO EUROLYSINE.

Un rayon de 8200 mètres (rupture du bras de dépotage ou ruine de la sphère)

Il s’agit du site AJINOMOTO EUROLYSINE.

Pour les besoins de l’information du public, sur la base de ces cinq rayons, 3 brochures ont été réalisées en cohérence avec les rayons majorants des sites : 650 mètres, 2300 mètres et 8200 mètres.

> Télécharger les plaquettes d'information correspondant aux 3 rayons majorants :

> Télécharger la plaquette jaune / 650 m (EIN) - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 1,12 Mb

> Télécharger la plaquette orange / 2300 m (Amiens) - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 1,14 Mb

> Télécharger la plaquette rouge / 8200 m (28 communes) - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,88 Mb

L’alerte et les moyens mis en oeuvre

En cas de sinistre qui s’étend à l’extérieur de l’usine, c’est le préfet, prévenu par l’industriel, qui coordonne l’ensemble des moyens d’intervention en mettant en œuvre le Plan particulier d’intervention (PPI) pour assurer la sécurité des populations et le retour à la normale.

En cas de danger, la population concernée est alertée par le déclenchement d’une sirène. La préfecture préviendra les médias (notamment France Bleu Picardie) et mobilisera, en lien avec ses partenaires et notamment la mairie d’Amiens, tous les moyens à disposition pour informer le public (appels téléphoniques par automates, réseaux sociaux…).

Pendant que les services de secours interviennent pour traiter l'accident à la source, les services de sécurité et les gestionnaires de voirie assurent le bouclage d'un périmètre de sécurité adapté et la mise en place de déviations routières.

En complément des dispositifs communaux, l’alerte des populations est assuré par le Système d’alerte et d’information des populations (SAIP), mis en place par l’État pour traiter la question des risques à cinétique rapide à proximité des bassins de population les plus importants. Dans la Somme, les risques à cinétique rapide sont le risque industriel et le risque de submersion marine.

Pour l’agglomération amiénoise, le SAIP se compose de 18 sirènes, à terme déclenchables à distance en cas d'accident. Les deux premières sirènes installées sont Longpré-les-Amiens et Dreuil-les-Amiens.

L’État investit ainsi 250 000 euros pour la protection des populations sur l’agglomération amiénoise.

En cas d’alerte

En cas d’alerte, la consigne principale est le confinement : il faut s’enfermer dans le local de confinement ou, à défaut, dans le bâtiment le plus proche en bouchant toutes les arrivées d’air (arrêter la ventilation et la climatisation).

  • S’informer auprès des médias locaux, notamment en écoutant la radio France Bleu Picardie (à Amiens : 100.2 FM).
  • Ne pas aller chercher les enfants à l’école (ils sont pris en charge par leur école).
  • Ne pas tenter de se rendre sur les lieux de l’incident (le périmètre est bouclé).
  • Éviter de téléphoner, afin de ne pas saturer les réseaux.
  • Ne sortir qu’en fin d’alerte, ou sur ordre d’évacuation.
  • Garder son calme, les services de secours sont mobilisés.

> Télécharger l'affiche des consignes en cas d'alerte - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,39 Mb

Copie de DSC_0066

Présentation du PPIPlan particulier d'intervention-EIN Amiens à la presse