Actualités

Première réunion de la commission consultative de l’environnement pour l’aérodrome d’Amiens Glisy

 
Première réunion de la commission consultative de l’environnement pour l’aérodrome d’Amiens Glisy

Jean-François CORDET, préfet de la région Picardie, préfet de la Somme, a ouvert, l’après midi du jeudi 30 mai, à la préfecture, la première réunion de la commission consultative de l’environnement (CCE) de l’aérodrome d’Amiens Glisy.

L’attention du préfet a été attiré par des riverains sur les nuisances, notamment sonores, générées par les activités de loisirs, principalement de voltige, de l’aérodrome d’Amiens Glisy, particulièrement lors des périodes de printemps et d’été. Les nuisances touchent, à des degrés variables, les communes de Blangy-Tronville, Boves, Camon, Glisy, Longueau et Lamotte-Brebière.

L’article L571-13 du code de l’environnement prévoit que « l'autorité administrative peut créer, pour tout aérodrome visé à l'article L. 147-2 du code de l'urbanisme, une commission consultative de l'environnement. »

Composition de la commission consultative de l’environnement

La CEE est présidée par le préfet de département (ou son représentant). Conformément au code de l’environnement, elle est composée de trois collèges :

• Pour un tiers de ses membres : des représentants des professions aéronautiques ;

• Pour un tiers : des représentants des collectivités locales concernées ;

• Pour un tiers : des représentants des associations de riverains de l'aérodrome et des associations de protection de l'environnement et du cadre de vie concernées par l'environnement aéroportuaire.

Elle se réunit au moins une fois par an, sur convocation de son président, ou à la demande du tiers au moins de ses membres.

Un espace de dialogue

Le rôle de la CEE est d’étudier toute question d’importance relative à l’aménagement ou à l’exploitation de l’aérodrome pouvant avoir une incidence sur l’environnement, dont les nuisances sonores liées aux activités de l’aviation légères. Elle coordonne, le cas échéant, la rédaction des documents formalisant les engagements de chaque partie prenante, dans le respect de la Charte de l’Environnement.

À cet égard, elle est aussi un espace de dialogue, qui vise à concilier la pratique des activités de nature professionnelles ou de loisirs et l’exigence de tranquillité des riverains.

Ordre du jour de la première réunion

Après un tour de table impliquant l’ensemble des participants, une présentation de la plate-forme d’Amiens Glisy et de ses usagers a été réalisée. La réglementation nationale du survol des agglomérations a été rappelée puis les différents types de nuisances sonores ont été répertoriées.

Elles concernent, notamment, les activités de voltige et les remorqueurs planeurs. Différentes pistes de réflexion ont été émises, comme le signalement, systématique, des infractions à la réglementation par les usagers de l’aérodrome.

Un comitépermanent, émanation restreinte et opérationnelle de la commission consultative de l’environnement va être créée par arrêté préfectoral. Ce comité sera notamment chargé de réviser le plan d’exposition au bruit de l’aérodrome. Ce document d’urbanisme vise un développement maîtrisé des communes autour des plates-formes aéroportuaires afin de ne pas exposer au bruit de nouvelles populations.

 ------------------------------------

Chiffres clés

17 000 mouvements par an

80 aéronefs cohabitants sur la plate-forme

4 structures d’usagers : l’Aéroclub de Picardie, les sociétés Air Flash et Hélicoptère Transport Picardie, la Gendarmerie aérienne.

Références :

Article L571-13 du code de l'environnement concernant les commission consultative de l'environnement d’aérodromes :

http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006074220&idArticle=LEGIARTI000022484183&dateTexte=20130503

Charte de l’Environnement (loi constitutionnelle) :

http://www.legifrance.gouv.fr/Droit-francais/Constitution/Charte-de-l-environnement-de-2004