Actualités

Ouverture du colloque international 'Les Océaniens dans la Grande Guerre"

 
Ouverture du colloque international 'Les Océaniens dans la Grande Guerre"

Jean-François Cordet, préfet de la région Picardie, préfet de la Somme a ouvert, avec le président du Conseil général de la Somme et leurs Excellences les ambassadeurs en France d'Australie et de Nouvelle-Zélance, le colloque organisé par l'Université de Picardie Jules Verne intitulé "Les Océaniens dans la Grande Guerre: nation, nationalisme et sentiment d'appartenance".

Organisé dans les locaux de la DRAC Picardie par l'Université de Picardie Jules-Verne, le colloque se tient du 17 au 19 avril 2014.

La Première Guerre mondiale, aujourd’hui si lointaine dans le temps, et dont les fronts sont si éloignés géographiquement de l’Océanie, est pourtant encore très présente dans les esprits. En témoignent de nombreux écrits de la littérature contemporaine du Pacifique Sud. Le colloque, ouvert à tous, ambitionne de réévaluer le lourd tribut payé par l’Océanie, ainsi que les bouleversements démographiques et socio-culturels subis.

La Grande Guerre frappe rapidement ces archipels lointains : Tahiti est bombardée quelques semaines après la déclaration de la guerre. Bien que l'Océanie comme terrain de combat n’existe que brièvement, elle s’implique fortement dans le conflit. Cette implication est paradoxale car cette région est un désert humain. Cependant, elle envoie de nombreux contingents sur le Front.

La région Picardie accueille ainsi des régiments d’Australie ou de Nouvelle-Zélande, mais aussi des soldats de Fidji, des Nouvelles-Hébrides (Vanuatu), de Tahiti ou de la Nouvelle-Calédonie. Tout en "exportant" des hommes, les îles doivent faire face à des problèmes intérieurs graves. L’ampleur des sacrifices, les tragédies vécues que rapportent les correspondances, les carnets ou la mémoire des autochtones, des colons, des administrateurs, des mains-d’œuvre notamment asiatiques des îles du Pacifique exposent le vécu des Océaniens dans la Grande Guerre. Plus encore, la Première Guerre mondiale a remis en question l’absolue souveraineté des États et contribué à forger le sentiment national au sein des dominions de l’Empire britannique : Canada, Australie ou Nouvelle-Zélande.

Afin de déterminer l’impact de la Grande Guerre sur des hommes découvrant le Front et la métropole et forgeant le destin de leur nation, le sentiment d’appartenance et le nationalisme en Pacifique sud constituent le fil conducteur du colloque. Car si le quadriennat 2014-2018 s’avère le Centenaire de la Première Guerre mondiale, il est aussi celui des décisions déterminantes, la Nouvelle-Calédonie se trouvant au seuil des échéances de l'accord de Nouméa. Votera t-elle ou non pour l’indépendance, se détachant de la République française et constituant un nouveau pays sur la carte géo-politique mondiale ? Sur ce choix et ses enjeux, l’outre-mer français et les territoires d’Océanie portent déjà leurs regards.

La page du colloque sur le site de l'Université

> Lire l'intervention du préfet - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,03 Mb

> Lire l'intervention de l'ambassadeur australien - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,02 Mb