Actualités

Organisation de l’Aïd al-Adha : garantir la sécurité sanitaire du consommateur

 
 
Organisation de l’Aïd al-Adha : garantir la sécurité sanitaire du consommateur

La fête religieuse musulmane de l’Aïd al-Adha, aussi appelée Aïd el-Kabīr ou Aïd el-Kebir, sera célébrée le 4 octobre 2014.

À cette occasion, Nicole KLEIN, préfète de la région Picardie, préfète de la Somme rappelle que seules les viandes issues d’abattoirs agréés offrent des garanties suffisantes en matière de sécurité sanitaire.

Les personnes se livrant à un abattage clandestin, outre les sanctions pénales auxquelles elles s'exposent, mettent en danger leur santé, et celle de leurs proches, notamment des tous petits. De graves maladies telles que l’Hydatidose plus connue sous les noms de kyste hydatique ou échinococcose sont dues à des parasites comme les larves de Ténia.

Les risques sanitaires pour la population existent et il est possible de se prémunir en respectant un certain nombre de règles simples.

La passage obligatoire par des abattoirs agréés

L’accomplissement du rite doit se faire dans le respect des dispositions réglementaires en vigueur en matière de santé publique, de protection animale et d’environnement. Cette année, conformément au décret 2011-2006 et à l’arrêté du 28 décembre 2011, un abattoir de la Somme est agréé pour l’abattage rituel afin de respecter les dispositions légales en matière de protection animale et d’éviter toute souffrance inutile (voir ci-après).

Des sacrificateurs assermentés par les mosquées de Paris, d’Évry ou de Lyon officieront dans celui-ci. Ainsi, cet établissement pourra répondre aux besoins exprimés par les regroupements de fidèles fédérés par les responsables de la communauté musulmane avec le concours de  bouchers.

L’abattage ne peut se réaliser, dans le département, qu’en abattoir. Il permet à la fois de garantir au consommateur la qualité sanitaire de la viande (afin de  prévenir les risques de transmission à l’homme des ESST : maladie dite de la "vache folle" et tremblante du mouton, certains organes seront systématiquement retirés et détruits : tête, rate, intestin, amygdales) et de respecter l’environnement, puisque les déchets collectés y seront détruits.

Les sanctions encourues

Les personnes contrevenants à cette obligation d’abattage en abattoir agréé sont passibles de peines d’amendes d’un montant maximum de 1 500 euros et de 3 000 euros en cas de récidive.

Le préfet de la Somme a pris, cette année, un arrêté portant interdiction des transports d'ovins vivants du 1er au 7 octobre 2014 inclus (sauf pour les professionnels ou pour des raisons vétérinaires).

Des contrôles de police, de gendarmerie et de la direction départementale de la protection des population seront réalisés pendant toute la durée de l’Aïd el Kebir pour s’assurer du bon déroulement de la cérémonie.

Ce dispositif permettra de concilier le profond attachement des musulmans à l’accomplissement de ce rite avec les dispositions législatives et réglementaires en matière de santé publique, de protection des animaux et de respect de l’environnement.

Abattoir agréé pour l'abattage rituel des ovins et des bovins :