Actualités

Lancement des travaux du groupe scolaire Bords de Somme à Amiens

 
© Urba Linéa Architecte

Isabelle Dorliat-Pouzet, sous-préfète en charge de la politique de la ville, a représenté le préfet de la région Picardie, préfet de la Somme au lancement du nouveau groupe scolaire Bords de Somme, dans le quartier Etouvie à Amiens.

La répartition des équipements scolaires d’Etouvie, aujourd’hui regroupés dans le Village des écoles, fait partie des objectifs majeurs programmés dans le cadre du Projet de Rénovation Urbaine. Cette meilleure répartition, sur l’ensemble du quartier, connaît une nouvelle étape ce 21 janvier avec la pose de la première pierre du groupe scolaire Bords de Somme.

Elle avait débuté avec l’extension/rénovation du groupe scolaire Brassens-les Saules inaugurée à la rentrée scolaire 2011 (7,5 M€). Les travaux comprenaient la réhabilitation de l’école maternelle Les Saules et de l’école élémentaire Georges-Brassens ainsi que la reconstruction d’un restaurant scolaire.

Elle s’est poursuivie avec le démarrage des travaux en 2013 de la construction du groupe scolaire Lorraine-Morvan, construit à l’emplacement des 66 logements de la SIP démolis en 2009. Sa livraison est prévue au dernier semestre 2014. Ce groupe scolaire comprendra  deux écoles : il recevra les élèves de la maternelle Les Arches et ceux de l’école élémentaire Etouvie B, avec trois classes pour l’école maternelle et cinq pour l’école élémentaire. Il accueillera en outre un restaurant scolaire, un centre de loisirs maternel, ainsi que la ludothèque située actuellement rue d’Alsace. Le coût de l’opération est de 10,2 M€.

Le groupe scolaire Bords de Somme recevra pour sa part les élèves de Jacques-Brel et des Mosaïques. Les travaux ont démarré au dernier trimestre 2013 par une phase de terrassement, la  livraison étant prévue au 1er trimestre 2015. Situé avenue du Languedoc, à côté de la chaufferie, le groupe scolaire comprendra 6 classes élémentaires et 4 classes maternelles. Un satellite de restauration et un centre de loisirs élémentaire complèteront l’offre. Le tout, en bois massif, un matériau de construction dans lequel s’est spécialisée l’agence lilloise Urba Linéa, lauréate du concours d’architecture. Le bois offre de grandes qualités en termes d’isolation thermique et aussi phonique ; il permet aussi de travailler rapidement : poutres, supports de toitures, planchers, parois… tout sera préfabriqué en atelier.

Le site sera organisé depuis un nouvel espace public, dédié exclusivement aux piétons et cyclistes. L’implantation du projet se fera le long de ce nouvel espace public. Un premier volume à simple rez-de-chaussée recevra l’école maternelle et dans son prolongement le restaurant scolaire. Un deuxième volume regroupera sur deux niveaux l’école élémentaire (le rez-de-chaussée est réservé aux activités spécifiques, et l’étage aux salles de classe). Ces deux volumes seront reliés par un troisième, à simple rez-de-chaussée, qui accueillera le centre de loisirs primaire.

Depuis l’espace public, chaque hall amènera les enfants dans les différents espaces pédagogiques, dans les préaux et dans les cours de récréation. Le centre de loisirs créera le lien entre ces deux entités : il sera ainsi possible de gérer l’accès en accueil périscolaire via le hall de l’école maternelle, et l’accueil durant les vacances scolaires via le hall de l’école élémentaire.

A l’entrée du groupe scolaire, une longue façade recouverte d’un ruban de bois ajouré laissant apparaître des teintes vives identifiera les différentes entités : vert pour la maternelle, fuchsia pour le centre de loisirs, orange pour l’élémentaire. Les parvis des halls se refermeront en soirée par une grille d’inspiration végétale, afin d’éviter toute incivilité.

Le hall-promenade de l’école maternelle, largement dimensionné, est propice à la rencontre entre les parents-enfants et l’équipe pédagogique. Les salles de classes largement vitrées s’ouvriront sur la cour sud ; les activités plus calmes sur le jardin pédagogique. Le préau s’appuiera quant à lui sur la structure du totem et couvrira partiellement la cour.

Le hall de l’école élémentaire rendra compte de la double hauteur de l’ensemble laissant ainsi percevoir les activités de la cour, du préau et de l’étage. La lumière prendra une place importante dans cet espace.

Le préau prolongera le hall et prendra sa place sous l’espace pédagogique de l’étage. Un atrium apportera de la lumière au cœur de l’école et accueillera les travaux des enfants. La salle d’art plastique profitera au nord d’une terrasse-belvédère propice à la création artistique et surplombant les jardins humides et la Somme.

Afin de couvrir 50% des consommations du bâtiment par des énergies renouvelables, plusieurs dispositifs seront mise en œuvre : une partie de cette production sera réalisée en solaire thermique pour les besoins en eau chaude sanitaire ; une autre partie par l’installation de solutions photovoltaïques avec panneaux solaires d’une surface de 49 m² (sur le totem) et avec membrane amorphe de 620 m² (répartis sur la toiture des différents volumes).

Ces dispositifs, ainsi que le choix architectural du bâtiment, permettent de répondre aux exigences vis-à-vis des bâtiments basse consommation et d’une couverture à 50 % par des énergies renouvelables.

Un bain d’oiseau alimenté par une descente d’eau pluviale offrira ses eaux aux oiseaux de passage pour le plus grand plaisir des enfants. Des massifs de vivaces attirant les papillons occuperont le sol de ce petit patio.

Un jardin pédagogique sera dessiné sur le thème des hortillonnages avec de petits canaux d’irrigation, derrière une clôture de bois, agrémentée de son portillon. Les enfants pourront y découvrir la vie de la faune et la saveur des fruits rouges.

L’eau sera bien sûre très présente dans ce petit jardin où les eaux pluviales alimenteront les pompes à main, les moulins, l’irrigation et le principe des barrages/écluses. C’est ici que les élèves pourront découvrir les principes de l’hydraulique et aussi l’alchimie du compostage, après avoir pratiqué le tri des déchets au moyen de corbeilles sélectives.

Coût : 10,7 M€

Financeurs :

Etat (FNADT): 216 100 €

Europe (FEDERFonds européen de développement régional) : 360 168 €

Conseil général : 1 798 661 €

Ville d’Amiens : 5 869 195 €

ANRU : 2 455 876 €

Maître d’ouvrage : Ville d’Amiens

Architecte : Urba Linéa (Lille)

BET : ETR Ingénierie (Vendeville)

Paysagiste : Sylvaine Duval (Lille)

OPC : Cabinet Ghesquière Dierickx (Marcq-en-Barœul)