Actualités

L’État et Goodyear Dunlop Tires France signent la convention de revitalisation de Goodyear-Amiens

 
 
L’État et Goodyear Dunlop Tires France signent la convention de revitalisation de Goodyear-Amiens

Nicole Klein, préfète de la Somme et Henry Dumortier, directeur général de la société Goodyear Dunlop Tires France ont signé le 17 septembre 2014 une convention de revitalisation destinée à redynamiser l’emploi et l’économie locale.

La revitalisation : une obligation pour redynamiser les territoires

Cette convention s’inscrit dans le cadre des dispositions du code du travail prévoyant que l’État peut assujettir à une obligation de revitalisation les grandes entreprises qui procèdent à des suppressions d’emploi pour des raisons économiques et qui affectent par leur ampleur l’équilibre d’un territoire.

Cette convention a pour but de favoriser la création d’activités et le développement d’emplois sur le bassin affecté par les suppressions d’emplois, en l’occurrence celui d’Amiens.

Une contribution de près de 6 millions d’euros pour recréer 1038 emplois

La contribution de la société Goodyear Dunlop Tires France est fixée à 4 fois le SMIC par emploi supprimé, soit 5.940.000 euros pour un objectif de 1038 emplois à recréer ou à maintenir.

Cette contribution est ventilée de la manière suivante :

- 840.000 € pour l’abondement du Fonds Départemental de Revitalisation des Territoires (objectif 155 emplois) ;

- 650.000 € pour la constitution d’un fonds de prêts à taux réduit à destination des entreprises créatrices d’emplois (objectif 238 emplois) ;

- 2.200.000 € pour la constitution d’un fonds d’aide aux entreprises qui embauchent sur le périmètre d’intervention de la convention (objectif 550 emplois) ;

- 1.900.000 € pour la création d’un fonds destiné à verser une aide à chaque créateur ou repreneur d’une entreprise dans le périmètre d’intervention de la convention (objectif 95 créateurs ou repreneurs).

La gouvernance de la convention

La mise en œuvre de cette convention associe les collectivités territoriales, les organismes consulaires, et les services de l’état à travers un comité chargé d’assurer le suivi opérationnel de l’avancement des opérations prévues ainsi qu’un comité d’engagement chargé d’examiner les demandes de financement.

Ces deux comités seront réunis à l’initiative de la préfète et durant toute la durée de la convention fixée à 36 mois.

site2