Actualités

Le préfet inaugure la station d’épuration de Villers-Bretonneux (80)

 
Inauguration de la station d’épuration de Villers-Bretonneux (80)

Jean-François Cordet, préfet de la région Picardie, préfet de la Somme a inauguré, vendredi 10 janvier 2014, la nouvelle station d’épuration de la commune de Villers-Bretonneux, dans la Somme.

Ce nouvel équipement contribue localement à l’atteinte des objectifs qualitatifs fixés par la directive européenne cadre sur l’eau du 23 octobre 2000 et qui a reçu le soutien financier de l’Etat à hauteur de 160 000 euros au titre de la dotation d’équipement des territoires ruraux (DETR).
Gage de la forte mobilisation des territoires pour la reconquête de la qualité de l’eau, cette opération constitue une réponse concrète aux questions abordées à l’occasion de la 2e conférence environnementale des 20 et 21 septembre 2013. Ouverte par le président de la République, clôturée par le Premier ministre, cette conférence a rassemblé les parties prenantes de la transition écologique autour de cinq tables rondes consacrées respectivement à :

  • l’économie circulaire qui doit conduire à développer le recyclage et la valorisation des déchets mais aussi favoriser les circuits territorialisés ;
  • l’emploi, la formation et la transition écologique ;
  • la biodiversité marine, la mer et les océans dans la perspective de renforcer les connaissances et la protection de l’environnement marin en métropole et en outre-mer ;
  • l’éducation à l’environnement et au développement durable ;
  • et bien sûr, la politique de l’eau.

Organisées dans le format du nouveau Conseil national de la transition écologique (CNTE), qui comprend désormais un collège de parlementaires, en plus de celui des  organisations syndicales, de celui des organisations d’employeurs, de celui des  associations représentant les collectivités locales et enfin de celui des associations non gouvernementales environnementales, ces tables rondes ont abouti à l’élaboration de la 2e feuille de route pour la transition écologique intitulée « 50 mesures pour l’écologie » qui guide le travail du Gouvernement sur ces thèmes et fixe les priorités et objectifs à atteindre.

Trois objectifs ont été déterminés en matière de  politique de l’eau.

Le premier objectif consiste en la préservation et l’amélioration de la qualité de l’eau et des milieux aquatiques. Pour cela, les collectivités locales sont fortement encouragées par les services de l’Etat à réduire les déversements sans traitement des stations d'épuration en temps de pluie et réussir le passage au « zéro phyto », soit la réduction et à terme la suppression de l’utilisation des pesticides dans l’entretien des espaces publics.

Le deuxième objectif vise à garantir la transparence de la politique de l’eau pour le consommateur. L' « observatoire national des services d'eau et d'assainissement » est l'un des outils de cette transparence vis à vis des citoyens.

Le troisième objectif  consiste en l’amélioration de l’efficacité de la politique de l’eau qui nécessite de renforcer la gouvernance locale  d’où la loi de modernisation de l’action publique territoriale et d'affirmation des métropoles du 19 décembre 2013 – 1er volet de la réforme de la décentralisation -  qui vise à clarifier les responsabilités des collectivités territoriales et de l'État.

Ce texte institue au niveau régional une conférence territoriale de l’action publique qui est chargée d’élaborer un pacte de gouvernance territoriale.

Il rétablit la clause de compétence générale des départements et des régions qu'avait supprimée, à compter du 1er janvier 2015, l'article 73 de la loi du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales.

Et, enfin, il crée une nouvelle compétence de gestion des milieux aquatiques au niveau communal.

Le préfet s’est félicité, lors de son intervention, « de l'existence d'un Service Public de l’Assainissement Non Collectif actif au niveau de la communauté de communes du Val de Somme » et a encouragé la structure à étendre  ses compétences à l'entretien et à la réhabilitation des installations d’assainissement non collectif des maisons individuelles afin de garantir une bonne qualité de traitement des eaux usées.