Actualités

Bilan 2014 de la délinquance dans le département de la Somme

 
 
Bilan 2014 de la délinquance dans le département de la Somme

Nicole Klein, préfète de la Somme, a tenu une conférence de presse où elle a présenté le bilan 2014 de la délinquance dans le département, aux côtés du procureur général de la République, et des responsables départementaux de la police et de la gendarmerie nationale.

Les tendances à retenir dans le département de la Somme

- L’année 2014 se termine sur une teinte encourageante, notamment avec une forte baisse des atteintes aux biens (cambriolages, vols de véhicules, destructions et dégradations).
- Si le nombre des atteintes aux personnes se stabilise, il masque surtout la nette baisse en son sein des infractions les plus traumatisantes pour les victimes (viols, vols à main armée, homicides, etc).
- Les infractions qui ont augmenté le plus cette année sont celles qui illustrent surtout la dégradation du climat social et économique dans la Somme (menaces, troubles du voisinage, coups et blessures « bagarres », violences intra-familiales, vols d’accessoires automobile).

Police et Gendarmerie toujours plus proches des populations

Le rapprochement avec les populations a été un axe majeur suivi tout au long de l’année. Il s’est traduit par de multiples actions menées par les policiers et les gendarmes.

Une convention visant à lutter contre le vol et le recel de métaux a été signée par le procureur de la République, le Préfet et par le président régional de la Fédération des entreprises de recyclage (FEDEREC) le 22 mai 2014.

Un protocole entre la Préfecture, la Gendarmerie nationale, la Chambre d’agriculture et la FDSEA-JA a été signé le 21 octobre dernier. Il vise à lutter contre les atteintes aux biens dans les exploitations agricoles.

Depuis fin novembre 2014, en lien avec l’association des maires de la Somme et les maires du département, il y a eu le lancement du dispositif participation citoyenne : 18 conventions ont été officiellement signées en préfecture le 6 janvier 2015 et 3 nouvelles communes se sont engagées depuis.

A tout cela s’ajoute l’organisation de réunions de sensibilisation, tout au long de l’année, par les référents sûreté et mises en avant à l’occasion des journées de la sécurité intérieure (chaque année au mois d’octobre).

1) Le nombre total des atteintes aux biens a connu une nette baisse en 2014.

1

↓ - La diminution du nombre de destruction et de dégradations (2104 faits constatés en 2014 contre 2676 en 2013, soit une diminution de plus de 20%) est particulièrement tangible dans les zones urbaines, en particulier dans la ZSPZone de Sécurité Prioritaire Amiens Nord.

↓ - Le département connaît une nouvelle diminution du nombre de cambriolages (2896 faits constatés en 2014 contre 3014 en 2013, soit -118 faits).
Mais dans le détail, si la baisse est remarquable pour les résidences principales et secondaires, elle masque une hausse des cambriolages « d’autres lieux » (623 faits constatés en 2013 contre 865 en 2014, soit +242 faits), plus faciles d’accès, souvent moins bien protégés et abritant des biens facilement revendables sur internet ou lors des brocantes et réderies (matériel de jardinage par exemple).

↑ - Enfin, les vols liés aux véhicules à moteur progressent globalement (4072 faits constatés en 2013, 4388 en 2014, soit +316 faits) dans le département, même si, dans ce domaine, les vols de véhicules à proprement parler, automobiles et deux roues motorisés, diminuent par rapport à 2013 (1538 faits constatés en 2013, 1481 en 2014).
Ce sont en fait deux indicateurs qui progressent : les vols à la roulotte, surtout en zone police, et les vols d’accessoires et de carburant en zone gendarmerie.

2) Les escroqueries et infractions assimilées enregistrent une hausse, déjà remarquée en 2013 (1880 faits constatés en 2012, 1911 en 2013 et 2037 en 2014), notamment en matière d’usage de carte de crédit et sur internet.

3) Les atteintes aux personnes sont stables mais l’analyse par indicateurs révèle des tendances favorables, déjà constatées en 2013.

2

↓ - Souvent spectaculaires et contribuant au développement du sentiment d’insécurité, les violences physiques crapuleuses sont en nette diminution (696 faits constatés en 2013 contre 576 en 2014, soit une baisse de près de 20%) dans le département.
Il convient de noter que la très grande majorité d’entre elles sont commises en zone urbaine et en zone police (500 sur un total de 576).

↓ - Le nombre de violences sexuelles poursuit le recul déjà constaté en 2013 (-13 faits constatés en 2014). Il convient néanmoins de constater une hausse des agressions sexuelles, y compris sur mineurs, survenant dans le cadre de séparations entre conjoints.

↑ - Le nombre de menaces et chantages constatés a augmenté par rapport à 2013 (1046 faits constatés en 2014 contre 840 en 2013). Le phénomène est uniforme sur l’ensemble du territoire et témoigne directement d’une nette dégradation des relations entre les individus.
L’alcool et le cadre intrafamilial constituent souvent des dénominateurs récurrents.

↑ - Constituant la très grande majorité des atteintes aux personnes, les violences physiques non-crapuleuses présentent une très légère hausse par rapport à 2013 (2801 faits constatés en 2014 contre 2788 en 2013). Cette famille d’indicateurs est principalement constituée des coups et blessures volontaires, notamment constatés lors de troubles de voisinage ou dans la sphère privée.