Actualités

Amiens devient "Métropole d’art et d’histoire"

 
Amiens devient "Métropole d’art et d’histoire"

Amiens Métropole, soutenue par le préfet de région et la DRACdirection régionale des affaires culturelles Picardie, a reçu un avis favorable à l’unanimité du Conseil National des Villes et Pays d’art et d’histoire, pour l’extension de son label de Ville d’art et d’histoire en Pays d’art et d’histoire, sous le nom d’ " Amiens, Métropole d’art et d’histoire".

Ce nouveau label, attribué pour une période de 10 ans, est le résultat d’une démarche initiée par Amiens Métropole à la fin de l’année 2012, dans le cadre de la renégociation de sa convention, la collectivité souhaitant passer du label Ville d’art et d’histoire (qui lui était attribuée depuis 1992 par le ministère de la Culture) au label Pays d’art et d’histoire, qui correspond au territoire de la communauté d’agglomération d’Amiens Métropole, et non plus à la seule ville-centre.

Cette volonté s’accompagnait d’une réflexion engagée sur le positionnement culturel du futur Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine, équipement inhérent aux conventions de Ville ou de Pays d’art et d’histoire et dont le Projet Scientifique et Culturel, validé en novembre dernier, intègrera complètement cette vision métropolitaine du territoire, offrant ainsi aux publics les clés de compréhension et de lecture des caractéristiques architecturales, urbaines et paysagères de l’ensemble de la métropole amiénoise.

La gouvernance de cette démarche s’est matérialisée dans la constitution d’un Comité de Pilotage associant la Drac de Picardie et présidé par Gilles Demailly et Alain David, assistés notamment de deux conseillers métropolitains et des vice-présidents des secteurs d’Amiens Métropole. Ainsi le comité de pilotage a-t-il été en mesure de prendre en compte les enjeux des publics mais aussi ceux des populations (urbaines, périurbaines et rurales) et des diverses composantes architecturales, urbaines, patrimoniales et paysagères du territoire.

Le projet urbain métropolitain « Amiens 2030 », qui vise à mettre en perspective l’aménagement de l’agglomération autour des objectifs de développement économique, social et culturel, a permis aux élus métropolitains de dresser les lignes d’un avenir urbain pour Amiens Métropole à l’horizon 2030. Des thèmes tels que le transport, l’habitat, les services, le développement économique ou le sport, tout comme la culture, se déploient en effet à une échelle plus vaste que celle de la commune, et ne trouvent toute leur pertinence qu’à l’échelle de l’agglomération. L’extension du label Ville d’art et d’histoire en Pays d’art et d’histoire, participe de ce projet fédérateur et, par l’ensemble des actions qu’il prévoit, en constituera l’un des premiers engagements.

La demande d’extension du label à l’échelle de l’intercommunalité est en outre le résultat d’une lente construction d’aménagement culturel du territoire amiénois dont le point de départ se situe en janvier 2000, lors du transfert de la compétence culture de la Ville d’Amiens à la Communauté d’agglomération d’Amiens Métropole.

La démarche d’extension aboutit ainsi à l’identification d’enjeux pour la définition et la mise en œuvre du projet de Pays d’art et d’histoire d’Amiens Métropole, qui se déclinent eux-mêmes en autant d’objectifs à atteindre et de pistes d’actions qui seront mûries, adaptées et mises en œuvre par le Service Patrimoine et Tourisme d’Amiens Métropole.

Ces enjeux, portant sur la valorisation d’une identité patrimoniale forte et l’affirmation d’un projet culturel ambitieux, concernent cinq aspects fondamentaux de la mise en œuvre de la convention, à savoir :

  • la promotion et la sensibilisation à la qualité du cadre de vie (architecture, urbanisme, paysage) 

L’extension de la convention est l’occasion de renforcer l’expertise dans le suivi de l’approche patrimoniale des dossiers de requalification urbaine et de mutabilité des monuments historiques protégés du territoire auprès des élus métropolitains, des techniciens de la collectivité et des partenaires locaux. Reconnaître clairement et identifier définitivement le directeur du service Patrimoine (animateur de l’Architecture et du Patrimoine selon les termes du ministère) et son équipe comme des interlocuteurs incontournables favorisera un développement maîtrisé du territoire respectueux de ses identités, à l’occasion :

o  du projet d’Aire de mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine d’Amiens, de Rivery et de Longueau ;

o  de la restauration à la mutation des monuments historiques protégés, ainsi que du patrimoine mobilier et sculpté ;

o  d’interventions sur l’espace public ;

o  de projets de création architecturale d’envergure ou d’opérations de renouvellement urbain (PRU).

  • le développement de la politique des publics 

Dans le cadre du renouvellement et de l’extension de la convention, le service Patrimoine et Tourisme va renforcer ses réseaux et s’appuyer sur les compétences et l’expérience de structures existantes qui œuvrent de leur côté à la valorisation des paysages et de l’environnement.

La programmation d’actions (visites, ateliers, conférences…) dans les villages d’Amiens Métropole ainsi que le travail de sensibilisation et de communication auprès des écoles du territoire communautaire sur les possibilités offertes par Amiens, Ville d’art et d’histoire de monter des projets pédagogiques, constituent déjà des actions concrètes et volontaires de délocalisation. Néanmoins, l’extension de la convention inclut de nouveaux objectifs et surtout de nouveaux moyens pour renforcer et ancrer durablement l’aménagement culturel du territoire métropolitain.

La présence de trois biens de la liste du Patrimoine mondial UNESCOUnited nations educational, scientific and cultural organisation Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture et l’exigence du plan de gestion permettant de garantir la préservation de leur Valeur Universelle Exceptionnelle (V.U.E) des Biens inscrits amènent Amiens Métropole à entreprendre des actions visant à rendre compréhensible ces valeurs par les publics locaux, mais aussi touristiques. Le renouvellement et l’extension de la convention Ville d’art et d’histoire en Pays d’art et d’histoire constitue un moment charnière dans la construction d’une identité métropolitaine à laquelle participent pleinement les V.U.E. des Biens inscrits (cathédrale pour elle-même en 1981 – cathédrale au titre des chemins de Compostelle en France en 1998 et beffrois de Belgique et de France en 2005). La transmission de ces valeurs et leur compréhension alliées aux obligations de préservation des biens par eux-mêmes concernent le territoire métropolitain dans sa globalité, en lien avec ses partenaires pour les deux biens sériels.

  • L’enrichissement de la connaissance par le développement de l’identification et de l’inventaire des éléments patrimoniaux d’Amiens Métropole

Conforter la connaissance et pallier les manques d’identification des ressources architecturales et patrimoniales sur les villages d’Amiens Métropole sont des préalables au renforcement de la politique des publics sur le territoire. La connaissance, bien que partielle, n’est aujourd’hui pas encore partagée par l’ensemble des acteurs concernés. Des efforts de recherches documentaires, de communication et de capitalisation sont par conséquent indispensables afin de faciliter l’accès aux informations et la mise en place d’actions coordonnées sur le territoire. En parallèle, le Pays d’art et d’histoire d’Amiens Métropole favorisera la recherche fondamentale et appliquée sur des thématiques patrimoniales qui sont encore peu traitées ou sur des sujets liés à l’actualité des projets urbains et architecturaux (réhabilitation, restauration, etc.). En ce sens, Amiens, Métropole d’art et d’histoire favorisera les partenariats avec l’Université de Picardie Jules Verne et toute autre structure susceptible de porter ces projets de recherche.

  • La gouvernance de projet

Dès la phase diagnostic de la démarche d’extension, la gouvernance culturelle du Pays d’art et d’histoire d’Amiens Métropole est apparue comme un des enjeux fondamentaux qui devait assurer la réussite du projet et sa pérennité.

C’est pourquoi il est prévu : 

  • de créer une instance politique et technique de coconstruction favorisant le partenariat ouvert et éclairé des diverses parties prenantes ;
  • d’ancrer la transversalité du projet PAH et sa mise en œuvre au niveau politique et technique ;
  • de renforcer la visibilité des actions du service Patrimoine et Tourisme, et sa légitimité à intervenir en expert et en conseil.

Les grandes orientations de la gouvernance du Pays d’art et d’histoire ont déjà été définies :

Sans titre_modifié-1