Actualités

70ème anniversaire du Service de déminage : focus sur le centre interdépartemental d’Amiens

 
70ème anniversaire du Service de déminage : focus sur le centre interdépartemental d’Amiens

1945 - 2015 : cette année, le Service du déminage fête ses 70 ans.

Le département de la Somme a été le théâtre de combats et de bombardements au cours des deux Guerres mondiales. Ces conflits ont laissé sur le territoire de la Somme des quantités importantes de bombes, obus et autres munitions dangereuses qui doivent être pris en charge et détruits. C’est là qu’interviennent, entre autres missions, les démineurs du centre interdépartemental du déminage d’Amiens. Stéphane Noureux, le chef du centre, nous parle de ce travail méconnu à l’occasion des 70 ans du Service de déminage (1945-2015).

Dans quelles circonstances avez-vous opté pour le métier de démineur ?

"Après une carrière de 10 années en tant qu’inspecteur de police, j’ai rejoint le centre de déminage d’Amiens en septembre 1993. Cette mutation a été rendue possible par le changement de statut des démineurs, qui offrait aux policiers la possibilité d’exercer ce métier. J’ai été le premier policier à rejoindre le déminage.
 Après avoir suivi de nombreuses formations internes, je suis devenu adjoint au chef de centre puis chef de centre. Aujourd’hui, le centre de déminage d’Amiens est composé de 10 démineurs."

 Quelles sont vos missions et vos zones d’intervention ?

"Le centre de déminage d’Amiens intervient sur les départements de la Somme et de l’Oise.
Outre une compétence nationale qui nous permet de renforcer d’autres centres à l’occasion de gros chantiers ou d’évènements importants (G8, rassemblements importants de population, etc….), nos 3 missions sont :

- la recherche, l’enlèvement et l’élimination des engins résiduels de guerre de tous conflits ( mission principale) ;

- la neutralisation des engins explosifs improvisés ( terrorisme..) ;

- la participation à la sécurisation des voyages officiels (Anzac Day, visites ministérielles…). 

Nous sommes également sollicités pour des conseils ou avis lors de grands chantiers situés dans une zone à risque pyrotechnique, comme dernièrement à Thiepval pour l’extension du centre d’interprétation, ou pour des interventions lors d’études de diagnostics archéologiques."

Quelles sont les précautions à prendre en cas de découverte d’un engin de guerre?

"En cas de découverte d’un engin de guerre, il convient de prévenir le maire de la commune concernée qui faxera une demande d’intervention au centre de déminage ; à défaut prévenir la préfecture.

Quelques chiffres :

- 40 tonnes - c'est en moyenne la quantité de munitions découvertes chaque année sur les départements de la Somme et de l’Oise ( 42 tonnes en 2014, 37 tonnes en 2013)
- 90% - c'est le pourcentage du total de munitions trouvées qui proviennent de la Première Guerre mondiale ( 80% de celles-ci ont été trouvées dans la Somme)
- 1 035 - c’est le nombre d’interventions recensées pour l’année 2014

Documentation :

- Téléchargez la brochure : "En attendant les démineurs, que faire en cas de découverte de munitions de guerre ?"

- Février 2015 :  Allaines : découverte d'obus allemands

- Mars 2015 : Chilly : Découverte d'1,6 tonne de munitions de la Première Guerre mondiale

Stéphane Noureux, chef du centre de déminage d'Amiens

  -  

Intervention du centre de déminage d'Amiens à Chilly en mars 2015